Une question

Idées d’investissement locatif à haut rendement à Lille
14.03.2019

L'actualité de l'investissement locatif à Lille

Voici deux solutions d’investissement locatif à haut rendement, en mesure de générer des performances de 4 % ou plus.

 

L’investissement locatif est un terme vaste. Différente opérations sont réalisables en 2020. Investissement en loi Pinel, Loueur en Meublé Non Profressionnel en résidence étudiante, en EHPAD… Voici deux exemples d’investissement locatif à haut rendement. Entre 4 et 5,5% de rentabilité, ce sont à l’heure actuelle deux des investissement les plus rentables. Elles doivent être réalisées à titre de diversification.

 

La résidence services

 

Investir dans un appartement situé dans une résidence services permet de générer des revenus réguliers. Tous les propriétaires de la résidence signent un bail de neuf ans minimum. Ce, avec un professionnel chargé de la gestion locative.

Les commerciaux qui vantent les charmes de ces opérations insistent bien sur le fait que les loyers sont versés, à date fixe, même si l’ensemble immobilier locatif n’est pas totalement occupé. Selon le type de résidence, les performances annoncées sont tentantes : 3,8 % pour un appartement en résidence senior et près de 4 % pour une chambre en Ehpad ou en résidence étudiante. Là encore, les budgets diffèrent selon le bien acheté. La chambre d’étudiant(e) est la plus accessible et ne dépasse généralement pas 100.000 euros HT.

Ce placement immobilier « clefs en main » comporte néanmoins des risques réels bien identifiés. D’abord, certains programmes affichent des prix élevés et déconnectés du marché immobilier local. Surpayer dès l’achat revient à rogner sur la performance à venir. Ensuite, le gestionnaire peut ne pas tenir ses promesses annoncées au départ. Ce dernier a, en effet, la capacité de réviser à la baisse les loyers en cours de bail ou lors de son renouvellement. Ce scénario peut remettre en cause la rentabilité de l’opération et l’équilibre de son financement », souligne Arthur Poisot, conseiller en gestion de patrimoine, membre du réseau Fiducée Gestion Privée.

investissement locatif parking

Les parkings

 

C’est l’investissement immobilier qui propose les tickets d’entrée les plus accessibles, soit entre 5.000 et 30.000 euros (voire 50.000 euros à Paris) à l’achat, selon la ville et le quartier. D’après le site Monsieurparking.com, la performance annuelle servie à Paris est comprise entre 4 et 6 % selon les arrondissements.

Mais tout n’est pas idéal dans le parking. Pour ces petits montants de transaction, les frais de notaire sont élevés. Aussi pour les amortir, la détention de ce bien doit être longue. De plus, « pour investir gagnant, mieux vaut acquérir plusieurs lots au même endroit. Disposer d’une seule adresse facilite la gestion locative, plus simple que celle d’un logement. Dans un parking, il n’y a pas de travaux d’entretien ou de réparation à réaliser », indique Benjamin Spivac, ingénieur patrimonial au sein de la société de gestion Amplegest. Autre conseil : pour doper la rentabilité, mieux vaut cibler un box. « Le loyer peut être de 10 à 20 % supérieur à celui d’un simple emplacement sous-terrain », précise Mathieu Mars, directeur de l’Institut du Patrimoine.

Reste une inconnue de taille à long terme : quid de la place de la voiture dans la ville ? Si la disparition des lieux de stationnement sur la voie publique est une réalité, la présence des véhicules particuliers pourrait dans un futur pas si lointain être menacée. Certains citadins préfèrent déjà ne pas être propriétaire d’un véhicule (et donc n’ont pas besoin d’un garage). En cas de nécessité, ils n’hésitent pas à en louer ou en partager un. Si ce phénomène persiste et s’amplifie, le garage pourrait avoir moins la cote. Sa valeur pourrait alors baisser, tout comme son loyer. À contrario, la hausse des tarifs de stationnement sur la voie publique, comme celle des amendes, pourrait faire grimper les prix.

Une parade possible consiste à acheter un box. Cet espace fermé pourra, si besoin, être recyclé et être utilisé pour du stockage. Attention, les loyers perçus sont assujettis au régime des revenus fonciers, donc taxés au barème progressif de l’impôt sur le revenu plus les prélèvements sociaux.

source : les echos

 

Simulez votre réduction d'impôts en moins d'une minute !

1
2
3
4
5

Le montant de vos impôts

Nos dernières Actualités

Inscrivez-vous à notre newsletter de l’immobilier neuf lillois